Friday 14 May 2021
Home      All news      Contact us      RSS      English
dakaractu - 29 days ago

Risque de rechute d’Ebola : Découverte de la possibilité du sperme d’héberger le virus pendant plus d un an

En Afrique, un homme qui avait contracté le virus Ebola alors qu il avait été vacciné, s est rétabli et a mis les scientifiques sur une nouvelle piste. Et cela, pour avoir été l’objet d’une rechute, près de six mois plus tard. Une rechute qui a entraîné 91 nouveaux cas avant son décès. C’est d’ailleurs, un des cas atypiques qui a été décrit dans le New England Journal of Medicine, il y a quelques jours, pour démontrer que le virus mortel (Ebola) peut rester dans le corps longtemps après la fin des symptômes. Tout en relevant la nécessité pour les survivants d’être surveillés pour leur propre bien-être et pour éviter la propagation.
De telles rechutes, issues de l épidémie de 2018-2020 en République démocratique du Congo, sont considérées comme rares, a appris Dakaractu via The Guardian. Ledit site anglais a précisé, en ce sens que « c’est la première dont il est clairement démontré qu elle a engendré une importante grappe de nouveaux cas ».
Cependant, au cours du mois de mars dernier, les scientifiques avaient déclaré qu une épidémie distincte, actuellement en cours en Guinée, semble liée à celle en Afrique de l Ouest qui s est terminée il y a cinq ans. Il est ressorti des analyses faites par eux, qu’un survivant peut avoir hébergé le virus en silence pendant des années avant de le propager.
« Le message le plus important est qu une personne peut contracter la maladie deux fois et que la deuxième maladie peut parfois être pire que la première », a déclaré le Dr Placide Mbala-Kingebeni de l Université de Kinshasha, qui a participé aux recherches sur les cas du Congo. À mesure que les épidémies d Ebola se multiplient, « nous avons de plus en plus de survivants » et le risque posé par les rechutes augmente, a-t-il ajouté.

Des fluides corporels ou des matériaux contaminés ciblés comme facteurs de propagation
Les épidémies d Ebola commencent généralement lorsqu une personne contracte le virus à partir d animaux sauvages. Il se propage ensuite d une personne à l autre par contact avec des fluides corporels ou des matériaux contaminés. Les symptômes peuvent être les suivants : fièvre soudaine, douleurs musculaires, maux de tête, maux de gorge, vomissements, diarrhée, éruptions cutanées et saignements. Le taux de mortalité varie de 25 à 90 %.
Le cas cité plus haut et présenté dans ladite revue médicale concerne un conducteur de mototaxi de 25 ans, vacciné en décembre 2018 parce qu il avait été en contact avec une personne atteinte d Ebola. En juin 2019, il a développé des symptômes et a été diagnostiqué avec la maladie. Pour une raison quelconque, l homme n a jamais développé d immunité ou l a perdue dans les six mois, a déclaré Michael Wiley, un virologue au Nebraska Medical Center qui a aidé à enquêter sur le cas.
Le sujet malade ayant rechuté, a été soigné et a pu quitter l hôpital après avoir subi deux tests de dépistage d Ebola dans son sang. Cependant, vu que le sperme peut héberger le virus pendant plus d un an, il a été conseillé aux hommes de se soumettre à des tests périodiques après leur guérison. Le conducteur de mototaxi de 25 ans avait, cependant, subi un test de sperme négatif en août, mais n est pas revenu par la suite. En conséquence, en fin novembre, soit 3 mois après sa prise en charge médicale, il a de nouveau développé des symptômes et s est fait soigner dans un centre de santé et chez un guérisseur traditionnel. Son état s étant aggravé, il a été envoyé dans une unité spécialisée dans le traitement d Ebola, mais est décédé le lendemain.
Le corps médical qui a pris très au sérieux son cas, a constaté, à la faveur des tests génétiques effectués, que le virus à l origine de la nouvelle maladie du sujet décédé était presque identique à celui de sa maladie initiale. Ce qui signifie, selon la même source, qu il s agissait d une rechute et non d une nouvelle infection provenant d une autre personne ou d un animal, a déclaré M. Wiley. Les tests ont montré que l homme avait transmis le virus à 29 autres personnes et que celles-ci l avaient transmis à 62 autres.
Une infirmière écossaise et un médecin américain porteurs du virus
Auparavant, deux agents de santé qui avaient contracté le virus Ebola en traitant des patients en Afrique avaient été contaminés par le virus longtemps après leur guérison. Il s’agit d’une infirmière écossaise, dans son liquide céphalo-rachidien et d’un médecin américain, dans ses yeux. Mais ces rechutes ont été découvertes rapidement et n ont pas donné lieu à de nouvelles épidémies. Ces personnes, ainsi que l homme en Afrique, ont toutes été traitées avec des anticorps lors de leurs infections initiales. Les médecins pensent maintenant que ces patients pourraient ne pas développer par eux-mêmes une réponse immunitaire suffisamment forte et être vulnérables aux récidives une fois les anticorps disparus.
Quelques autres virus peuvent se cacher pendant de longues périodes et causer des problèmes plus tard. C’est le cas avec le virus responsable de la varicelle qui peut se réactiver et provoquer un zona des décennies après l infection initiale.
À ce sujet, l’expert du virus, M. Wiley, a tenté de rassurer. « Les nouvelles concernant l Ebola latent ne nous disent absolument rien sur la possibilité que quelque chose de similaire se produise avec la Covid-19. Car, ce sont des virus totalement différents », a-t-il déclaré.
Le Dr Ibrahima Socé Fall, un scientifique de l Organisation mondiale de la santé, a pour sa part, été en phase avec M. Wiley. « Nous n avons pas encore observé ce type de latence chez les personnes qui ont survécu au coronavirus », a-t-il déclaré. Même avec Ebola, « après six mois, la plupart des patients ont complètement éliminé le virus ».
www.dakaractu.com


Latest News
Hashtags:   

Risque

 | 

rechute

 | 

Ebola

 | 

Découverte

 | 

possibilité

 | 

sperme

 | 

héberger

 | 

virus

 | 

pendant

 | 

Sources