Sunday 17 November 2019
Home      All news      Contact us      English
dakaractu - 9 days ago

Récurrence des échecs dans les compétitions Africaines : Pourquoi les clubs sénégalais n’y arrivent toujours pas ? (Décryptage)

« Les Sénégalais sont éliminés ! » « Les Sénégalais sont tombés à l’issue de la séance des tirs au but » « Les joueurs Sénégalais ont manqué de chance… » Qu’importe la formule employée, ces mots n’ont que trop souvent résonné dans les oreilles des joueurs, dirigeants et supporters du football local sénégalais. Des années d’échecs inexplicables, une récurrence inquiétante et surtout une sorte de laxisme incompréhensible de la part des autorités compétentes. Le football local Sénégalais, vitrine d’antan, grenier inépuisable des sélections nationales, patauge désormais dans une léthargie grandissante au fil des saisons. Il faut remonter à 2005, avec la Jeanne d’arc de Dakar pour trouver trace d’une participation sénégalaise à une phase de poules de la ligue des champions Africains. Le désistement de Teungueth FC de cette campagne (2019) des préliminaires de la coupe CAF, faute de moyens, en dit long. La récente et douloureuse élimination de Génération Foot (Champion de la Ligue 1) de toutes compétitions Africaines ne fait que confirmer le diagnostic : Le football local sénégalais est en train de mourir de sa belle mort… Pourquoi nos équipes n’y arrivent toujours pas ? Que faudrait-il faire pour avoir des clubs forts ? La Ligue Pro a-t ’elle les moyens de sa politique ? Quelle est la part de la Fédération sénégalaise de Football ? Et le ministère de tutelle dans tout ça ? À ces lancinantes questions, une réponse miracle n’existe certainement pas. Qu’on se le tienne pour dit, le mal est profond… Daour Gaye disait dans son livre « Crises et perspectives du football sénégalais » : « Le Football sénégalais est dans une situation de précarité telle que, seule, l’introduction du professionnalisme peut aider à renverser la tendance. » L’élimination du club de Deni Biram Ndao, Génération Foot n’est qu’un prétexte tout trouvé pour faire ou refaire le diagnostic du football local Sénégalais. 10 ans après son entrée dans l’ère du professionnalisme (2009.) Ce Professionnalisme tant chanté semble encore rester à l’état de théorie. Vu l’état dans lequel se trouve le championnat Sénégalais moribond. Le championnat amateur comme on l’appelait il y a encore très peu de temps, garde des stigmates tenaces. L’amateurisme, la ligue Pro essaie tant que bien que mal de s’en départir en vain. Dans cette douloureuse succession de revers, certains observateurs avertis, ont tenté de faire le tour de la question. Témoins de ces campagnes Africaines stériles, qui n’auront pas redoré l’image de notre football.

L’élimination de Génération Foot, tout sauf une surprise ? Avant de mettre les pieds dans ce terrain glissant, Adama Ndione, journaliste sportif à la RTS1, de revenir sur la récente campagne des « Grenats. » Le champion 2019 de la ligue 1 Sénégalaise, a été sorti par le Zamalek en éliminatoires de la Ligue des champions CAF. Puis par la modeste formation de l’ESEA (Bénin) en tour de recadrage de la coupe CAF. « La dernière élimination reste une des plus douloureuses, à savoir celle de génération Foot qui a été d’abord éliminé par le Zamalek. Pour être reversé dans le tour de recadrage de la Coupe CAF. Avec ce nouveau revers contre les Béninois de l’ESEA dans les conditions que nous connaissons tous. C’est quelque chose qui est extrêmement compliqué à analyser même si pour GF, le périple Egyptien a eu un impact négatif par rapport à la stabilité du groupe et au moral des joueurs. Le match a été annulé dans les conditions que nous savons. Finalement ils ont été obligés de jouer dans ces conditions qui ont inhibé les joueurs et le staff. Ces concours de circonstance expliquent entre autres la surprenante défaite de Génération Foot à domicile contre l’ESEA. Et, l’élimination définitive qui s’en est suivi. »S’est-il expliqué pour dédouaner un tant soit peu, les protégés de Djiby Fall qui prend encore ses marques en sa qualité de nouvel entraîneur, en replacement de Demba Mbaye.


Loin d’être sur cette même longueur d’onde, Cheikh Oumar Aidara, consultant en football, spécialiste du foot local sénégalais, reste moins conciliant avec GF qui, selon lui, devait au moins s’imposer contre l’ESEA : « Il y a une question de gestion et de management. Cette élimination est impardonnable. Ils devaient au moins passer le cap de la coupe CAF. Le football local est vraiment malade. » Le mot est lâché ! Les maux dont souffrent notre championnat local sont désormais inéluctables selon lui.


10 ans plus tard, le « professionnalisme » chemine aux côtés de l’amateurisme… La Ligue Pro a-t-elle les moyens de sa politique ?
Quatre ans avant l’instauration de la ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) qui devait restructurer la ligue amateur, la Jeanne d’Arc réussissait à briller sur la scène Africaine. La JA se hissait en demi-finale de la LDC Caf, sorti par ES Sahel (2-4.) À cette époque, le Jaraaf de Dakar s’arrêtait au premier tour (Battu par Enyimba FC 3-2.) Une période que regrette Adama Ndione : « Depuis 2004-2005 avec la Jeanne d’Arc de Dakar, aucun club sénégalais n’a participé à la phase de poules de la ligue des champions Africaine. À l’étape où nous en sommes, aussi bien en ligue des champions Africaines des clubs, qu’en coupe CAF, aucun club Camerounais n’est qualifié... Ce qui témoigne de la très mauvaise santé du football local. » constat-il dans un premier temps.
Le journaliste de la Rts de poursuivre en ces termes crus : « Force est de reconnaître que la ligue sénégalaise de football n’a pas les moyens de sa politique. Parce qu’une ligue professionnelle, un football professionnel, exige énormément de moyens. Les équipes de manière individuelle ont leur stade où ils reçoivent leurs adversaires, ils ont des centres d’entraînement, des sponsors qui les soutiennent. Ils ont même des comités de supporters qui les soutiennent, qui contribuent à la marche de la structure. Ces clubs peuvent se permettre d’aller faire des stages de préparation à l’extérieur. Les joueurs sont des contractuels évoluant dans des structures avec toutes les commodités que requiert le haut niveau. Le football professionnel englobe beaucoup de choses et aujourd’hui la Ligue Pro n’a pas les moyens de sa politique. » Une lecture de la situation. Et, en même temps une « convocation » de la ligue Pro au banc des accusés. Mais est-elle l’unique responsable de cette « crise » silencieuse ?



Latest News
Hashtags:   

Récurrence

 | 

échecs

 | 

compétitions

 | 

Africaines

 | 

Pourquoi

 | 

clubs

 | 

sénégalais

 | 

arrivent

 | 

toujours

 | 

Décryptage

 | 
Most Popular (6 hours)

Most Popular (24 hours)

Most Popular (a week)

Sources