Friday 16 April 2021
Home      All news      Contact us      RSS      English
dakaractu - 2 month ago

EDITORIAL : Pendant ce temps-là, en Afrique…

Désormais la compétition se fait en direction de Mars, la planète la plus proche de la Terre après la conquête de la lune (qui se trouve, elle, à 384.400 km de notre planète, presque la porte d’à côté) ! Mars, une planète qui n’est qu’ « à » — excusez du peu — 55, 7 millions de kilomètres de celle sur laquelle nous vivons ! Et sur laquelle la navette américaine « Perseverance » vient de se poser après un voyage de plus de six mois débuté en juillet dernier. Oh certes, une compétition dans l’espace n’est pas à proprement parler une chose nouvelle puisque, du temps de la Guerre froide, déjà, Américains et Soviétiques s’y livraient à travers leurs programmes Spoutnik (tiens, ça ne vous dit rien ça ?) et Soyouz, d’un côté, Apollo ou Columbia de l’autre.

A l’époque, il s’agissait d’abord de tourner autour de la terre puis d’aller à l’assaut de la Lune. On se rappelle tous — façon de dire puisque la plupart de ceux qui liront ces lignes n’étaient pas nés à l’époque ou alors étaient des enfants comme votre serviteur (Mamadou Oumar Ndiaye directeur de publication « Le Témoin » — des premiers pas de l’homme sur la Lune à travers l’astronaute américain Neil Armstrong. C’était le 21 juillet 1969. Et notamment de sa fameuse phrase : « Un petit pas pour l’homme, certes, mais un grand pas pour l’Humanité ! » Bien avant cet exploit, il y avait eu le Soviétique Youri Gagarine qui avait été le premier homme à avoir effectué un vol dans l’espace au cours de la mission Vostok 1. C’était en 1961. La compétition fut épique durant ces années-là, chacune des deux superpuissances de l’époque voulant être la première à conquérir la Lune. Puis, il y eut l’ère des navettes habitées …

La nouveauté, désormais, c’est que la compétition se fait en direction de Mars et que le nombre de concurrents s‘est accru. Pour ne pas dire s’est démocratisé. Aux Etats-Unis d’Amérique et à l’Union Soviétique mais aussi à l’Europe à travers le programme des fusées Ariane, qui s’affrontaient déjà dans l’espace, sont venus s’ajouter plus spécifiquement pour Mars (dont la navette « Tianwen 1 » tourne déjà en orbite) les Chinois et les Emiratis « « Al Amal ») en attendant les Indiens. L’Europe, elle, va lancer sa mini-navette spatiale Space Rider en…2023. Comme si cela ne suffisait pas, voilà que des privés se lancent à leur tour dans l’aventure de l’Espace.

Le plus emblématique d’entre eux est le multimilliardaire américain — mais né en Afrique du Sud — en dollars Elon Musk, qui ambitionne rien moins que de conquérir Mars ! Ce qui est dans les cordes du patron de la société Space X qui a déjà lancé plus de 1000 satellites de télécommunications autour de la Terre. Le patron de la compagnie aérienne britannique Virgin, Richard Branson, est aussi sur les rampes de lancement…

Euréka ! Le vaccin anti-covid est là…

Redescendons sur terre si par hasard nous avions quitté le plancher des vaches. La pandémie de Covid-19 représente incontestablement le plus grave défi sanitaire auquel le monde est confronté depuis la terrible épidémie de grippe espagnole qui fit environ 50 millions de morts dans les années 1914-1920.

A ce jour, le coronavirus a déjà tué plus de 2.350.000 personnes. La maladie apparue en Chine à la fin de l’année 2019 se propageant à une allure folle et tuant chaque jour davantage, désorganisant les systèmes sanitaires les plus sophistiqués du monde, portant par la même occasion un coup d’arrêt à l’économie mondiale, entre autres conséquences, une course contre la montre s’est engagée pour trouver les moyens de l’endiguer.

Les grands laboratoires pharmaceutiques ont rivalisé d’intelligence et de moyens pour parvenir à trouver le vaccin — à défaut du médicament — qui permettrait de prémunir les populations de cette maladie extrêmement meurtrière. De la Chine à l’Europe en passant par l’Amérique et l’Asie, les chercheurs ont phosphoré sans relâche, testant, expérimentant, innovant, modélisant, faisant tourner les supercalculateurs. Au bout de quelques mois seulement Euréka ! le vaccin était trouvé. Les labos germano-américain Pfizer-Biontech, américains Moderna et Johnson and Johnson, anglo-suédois Astra Zeneca, chinois Sinopharm, russe Gamaleïa … presque à la queue leu leu ont réussi à une vitesse météoritique à le mettre au point. Désormais, ils sont courtisés par les pays du monde entier et croulent sous les commandes ne sachant comment faire pour les satisfaire toutes.



Latest News
Hashtags:   

EDITORIAL

 | 

Pendant

 | 

temps

 | 

Afrique…

 | 

Sources